Sortie du livre “Première cape” (dédicace Fnac de Nice Samedi 28 septembre 16h-19h) [Bruno Kauffmann, Julien Schramm, Jean-François Tordo et Jean-Charles Orso]

A l’occasion de la Coupe du Monde de Rugby à XV, et de la sortie du livre “Première cape, le jour où ils ont débuté avec le XV de France”, la Fnac Nice a le plaisir d’accueillir une rencontre sportive en compagnie des auteurs, et des anciens joueurs Jean-François Tordo et Jean-Charles Orso.

A propos des invités : 

Jean-François Tordo, 55 ans, formé au RRC Nice, il débute dés l’âge de 17 ans en 1ère division;  ancien capitaine du Quinze de France, il compte 15 sélections aux poste de 3ème ligne aile et de talonneur. Il célèbre sa 1ère sélection en 1991 contre les Etats-Unis et remporte le Tournoi des Cinq Nations en 1993. Il a joué 2 finales du championnat de France en 1983 avec Nice et en 1989 avec Toulon. Meneur d’hommes hors du commun, sa carrière avec l’équipe de France est brutalement stoppée lors de la première tournée d’une équipe nationale en Afrique du Sud depuis la fin de l’apartheid. Lors du premier match de la tournée, contre la Western Province, il est blessé lors d’un regroupement par Gary Pagel. Celui-ci lui marche sur le visage, action qui manque de lui crever un œil et qui nécessite 51 points de suture. Une rupture du des ligaments  l’empêche ensuite de revenir à son niveau. Le train de l’équipe de France est passée mais pas sa passion. Il continuera d’évoluer à haut niveau, à Nice puis à Bourgoin jusqu’en 2000. Jean-François Tordo est membre du club des Champions de la Paix, un collectif de 54 athlètes de haut niveau créé par Peace and Sport, organisation internationale basée à Monaco et œuvrant pour la construction d’une paix durable grâce au sport.

Jean-Charles Orso, 61 ans, lui aussi s’est révélé au RRC Nice après avoir découvert le rugby tardivement. Deuxième ligne ou numéro huit, il effectue une ascension express qui lui permet de célébrer sa 1ère sélection en 1982 contre l’Argentine. Il compte 13 sélections et 2 victoires dans le Tournoi des Cinq Nations en 1983 et 1988. Champion de France avec Toulon en 1987, il a également joué 2 finales, en 1983 avec Nice et en 1989 avec Toulon.

A propos du livre : 15 joueurs, 15 récits, mais une histoire commune, celle du XV de France.

On n’oublie jamais la première fois, les jours d’avant, les heures qui précèdent, l’instant fatidique et le bonheur, cette quiétude du temps d’après. Qu’il s’agisse de l’acte d’amour, de la naissance d’un enfant… ou d’une première sélection en équipe de France de rugby. Dans la carrière d’un joueur, la première cape est un moment fort qui reste durablement gravé dans sa mémoire.

Ainsi, dans l’histoire du rugby français plus de 1 100 joueurs internationaux ont eu le bonheur de porter un jour le maillot du Quinze de France. Chacun d’entre eux aurait pu ou pourrait encore nous raconter très précisément cette journée si particulière dans sa vie d’homme et de joueur de rugby. Plus de mille joueurs, plus de mille histoires. Certains d’entre eux, et tous ceux notamment qui ont façonné la légende du Quinze de France avant-guerre, ne sont plus là, bien évidemment. Les autres, une grande majorité, sont des témoins privilégiés de cette grande histoire. Ils sont des centaines.

Nous en avons choisi quinze : une équipe de rugby. De Lucien Mias en 1951 à Teddy Thomas en 2014, toutes générations confondues, un à chaque poste, avec des profils et des parcours très différents. Un choix forcément subjectif mais dicté par la volonté de retranscrire, à partir de ces quinze histoires, toute la richesse et la diversité du rugby français, à travers des matchs ou des moments qui ont marqué le rugby tricolore. Un bon moyen de revenir, au fil des époques, sur la culture, la tradition et la sociologie si singulière de ce sport dans une société française sans cesse en mouvement.

Evénement gratuit et ouvert à tous, dans la limite des places disponibles.

https://www.fnac.com/Rencontrez-Bruno-Kauffmann-Julien-Schramm-Jean-Francois-Tordo-et-Jean-Charles-Orso/cp45482/w-4#bl=FA_Expert

Benvegut à Alexandru-Gabriel Gordas (pilier droit)

En ce jour de reprise de l’entrainement, le Stade Niçois annonce sa dernière recrue.

Alexandru-Gabriel Gordas, 25 ans, pilier droit. International Roumain vient renforcer l’effectif. Il débute sa carrière professionnelle au CSM Bucuresti (1e division roumaine) en 2012. Après un passage au Worcester Warriors en 2014/2015, il retourne au pays dans son club de cœur. Il passera 2 ans au Steaua Bucaresti, de 2016 à 2018, pour revenir au CSM la saison passée, et gagner les 2 titres nationaux : La King’s Cub et la Romania Cup 2019.

Il commence en parallèle à l’âge de 17 ans sa carrière internationale, en sélection pour son pays natal. Il débutera dans le tournoi des 6 Nations B en 2015. Fort de ses 22 sélections il gagne en 2017 le Championnat Européen.

Doté d’un physique imposant (1,86m, 120kg). Alexandru possède toutes les qualités du pilier droit moderne. C’est un joueur complet au poste qui sait à la fois tenir la mêlée et être dynamique ballon en main. Joueur percutant, il possède, selon Bolga, des qualités impressionnantes pour son âge.

A la suite de ses victoires en Club en 2019, il souhaitait rebondir à l’étranger. Il a saisi l’opportunité proposée par le Stade Niçois car d’une part, le projet, l’environnement et les installations l’ont séduit et d’autre part bien que sollicité par d’autres clubs, le discours du coach et son copain Razvan ont fait la différence.

Benvegut a Nissa Alex, nous te souhaitons une intégration rapide au sein de l’équipe !

post

Narbonne s’impose à Nice (16-27) après un très beau match !

Lors d’un match particulièrement beau et rugueux, les Niçois ont viré en tête à la fin de la première mi-temps mais les Audois ont repris la main en inscrivant deux essais en deuxième mi-temps et en imposant un rythme digne des très grands clubs. Après plus de 2 ans sans défaite à domicile, les Niçois ont du laisser se terminer le match en marquant un essai qui n’a pas suffit à revenir au score.

Félicitations aux Narbonnais pour leur match mais félicitations également aux joueurs Niçois qui ont donné le maximum sur un match de très haut niveau.

Dans la vie, on ne perd jamais : soit on gagne, soit on apprend (Nelson Mandela) et on a appris pour être plus forts demain.

Notre poule est très relevée, et n’oublions pas, le RCN  (Narbonne), c’est 112 ans d’histoires, 5 finales de Championnat de France dont deux gagnées face à Clermont-Ferrand et Bagnères et un titre de vice Champion d’Europe en 2001. On ne compte pus les joueurs emblématiques qui ont porté les couleurs oranges et noires et leurs successeurs sont de très bons niveau.

A dimanche prochain pour la rencontre contre Hyères Carqueiranne à l’exterieur.

ISSA Nissa

post

Nice (Fed1) s’impose 37 à 7 à Castanet

Sérieux, appliqués, incisifs, dominateurs, indisciplinés tels étaient les mots qui venaient à l’esprit après la prestation de nos joueurs à Castanet-Tolosan.

Le résultat est évocateur, 37/7 et 5 essais marqués synonymes du bonus offensif et de première place au classement, en compagnie de Bourg en Bresse et Hyères.
La première action annonçait ce qu’allait être la suite de la première mi-temps. Les niçois plus forts et rapides, habiles en conquête monopolisaient les ballons et acculaient les locaux dans leur camp jusqu’à ce qu’ils cèdent où commettent une faute.
20/0 à la pause suite aux essais de Fritz, et de deux groupés pénétrants, un jaune concédé à Bonnet Gonnet allait quelque peu rééquilibrer les débats en fin de première mi-temps.
La deuxième période allait être un peu plus équilibrée et un peu moins propre au niveau de la qualité de jeu des visiteurs. Néanmoins Fritz bis-repetita inscrivait un essai de belle facture pour les niçois.
Un mauvais geste exécuté par Fontaine équivalait selon l’arbitre à un rouge et les niçois réduits à 14 devaient s’arque-bouter pour conserver le BO.
Bénéficiant de quelques ballons et suite à une pénal-touche  un nouveau groupé pénétrant le consolidait vers la 70ème.
Un essai gag des locaux suite à une reprise de volée de leur 10 sur une chandelle niçoise allait voir le ballon atterrir sur l’ailier, probablement hors jeu, mais qui n’en finissait pas moins entre les perches pour un 30/7.
Les azuréens n’avaient pas dit leur dernier mot, les avants maralpins concassaient leurs homologues garonnais et cela donnait des espaces, nos 3/4 en profitaient pour inscrire le dernier essai de la partie sur une percée de Pacôme. Essai transformé en coin par Villanove hauteur de 5 coups de pied réussis face aux perches. 37/7. Le match fut plaisant et les castanéens, bien que dominés, n’ont jamais fermé le jeu.

Certains observateurs auront pu constater que les couleurs castanéennes et niçoises étant trop proches ont conduit les niçois à évoluer en jaune et noir. Un clin d’oeil aussi à notre passé RRCN. Mais les couleurs du club demeurent rouge et noir, que chacun se rassure.

Prochain match dés ce samedi 19h aux Arboras avec la réception de Narbonne.