post

Bis repetita

L’exploit s’est répété à Bourgoin où les niçois évoluent à Rajon sans complexe, presque comme à la maison. Attendus? Ils l’étaient. Tuber avait son plan, des titulaires reposés, après 3 semaines sans jouer, des remplaçants plus solides encore.
Très forts en conquête, plus agressifs, dominateurs en mêlée, plus en rythme, les niçois ont dominé ce match, l’arbitre, comme souvent, favorise l’équipe qui joue surtout quand les conditions sont difficiles.

Très vite, la grande équipe qu’est Bourgoin a compris que rien ne serait simple tant l’entame des visiteurs fut saisissante. La mêlée ciel et grenat, mise sur le reculoir sur les 4 premières cocottes, le pilier du CSBJ écope d’un jaune logique. Encore amoindrie par un carton bleu sur le seconde ligne Milanole, la défense jusqu’alors solide des berjaliens qui n’avait concédé qu’une pénalité concluante allait céder. Le travail des gros se poursuivait et l’alternance avec les 3/4 permettait en bout d’aile un premier essai de Pacôme.  Fontaine et Champin, transfuges niçois du CSBJ s’en donnaient à coeur joie, un peu trop même, Paul héritait d’un jaune sur un placage agressif.
La pause survenait alors que les niçois plus en jambe continuaient à faire souffrir leurs hôtes du jour. 3/10

Très équilibrée, la seconde mi-temps des rouges et noirs allait être l’occasion de faire montre d’une autre facette de leurs talents. Plus les temps de jeu s’enchaînaient, plus la défense niçoise se montrait intraitable. Maintes fois les assauts berjalliens furent repoussés. L’intensité niçoise ne se démentait pas et chaque ballon gagné, créait le danger dans les lignes ciel et grenat. Les défenses prenaient le pas sur les attaques. Mais les blessures se multiliaient côté Bourgoin. Un enchaînement des avants dont les niçois ont le secret finit par propulser le talonneur Martin dans l’embut berjallien.  S’en était fini des espoirs de victoire pour les pensionnaires de Rajon qui luttèrent longtemps pour rentrer dans le bonus défensif. Les maralpins continuaient à se montrer dangereux  mais les niçois qui échouèrent sur un drop et deux pénalités soldèrent le score par une pénalité.
Bourgoin doublait la marque par une deuxième pénalité. 6/18 au final. 

Pas de casse à Nice. Un moral qui reste au beau fixe avant d’accueillir Mazamet le dimanche 8 à 15h et Castanet le samedi 14 à 17h.