post

Jérémy Malavard met un terme à sa carrière

De ses débuts à l’âge de 5 ans au RRCN jusqu’à aujourd’hui, Jérémy Malavard a toujours eu le rugby et sa ville de Nice dans le sang. S’il a connu d’autres couleurs (Racing 92, Aubenas, Grasse), il est toujours revenu à la maison, au RCNA puis au Stade Niçois. Depuis 2016, il s’était naturellement imposé comme le capitaine et porte-drapeau du renouveau du rugby niçois sous nos couleurs.

Il y a quelques jours, c’est le cœur lourd que Jérémy a annoncé au groupe sa décision de mettre fin à sa carrière de rugbyman afin d’entamer sa reconversion. « J’ai eu une opportunité professionnelle qui ne pouvait pas se refuser. C’est un après-carrière qu’il fallait préparer et j’avais jusqu’à mes 30 ans pour m’engager dans cette voie là. Si la limite d’âge avait été à 37 ans, j’aurais tiré jusqu’au maximum », explique-t-il. Une décision teintée de bon sens, que le club a pleinement compris en assurant Jérémy de son total soutien. « Je pense qu’à l’heure actuelle c’est la décision la plus difficile que j’ai eu à prendre de toute ma vie », avoue celui qui a terminé sur le podium des Victoires du sport niçois ces deux dernières années. 

Sans le savoir, il aura fini son parcours au stade des Arboras le 1er mars dernier, sur une victoire face à Céret. Des dernières minutes comme joueur, avant de passer d’ici peu de l’autre côté. « Les gens ont tous des passions. Le rugby, c’est toute ma vie. J’ai ma vie de famille bien sûr, mais depuis l’âge 6-7 ans je voulais être rugbyman. En conséquence, tu construis ta vie autour de ça. Se dire que tout ça va s’arrêter et ne plus avoir la fierté, quand on me demande quel est mon métier, de pouvoir répondre rugbyman, c’est dur. Je m’étais fixé l’objectif de monter avec le club jusqu’en Pro D2, donc c’est un petit échec mais être en Nationale est déjà pas mal », poursut-il.

Si les termes ne sont pas encore définis, il est en tous cas déjà convenu que Jérémy continuera de faire partie de l’environnement du club à l’avenir. Les crampons seront rangés, mais l’attachement au club, lui, perdurera. « J’aurais tellement de choses à dire…. Le premier match, cela me fera bizarre de ne plus être le premier à rentrer sur le terrain, de ne plus être au contact des mecs, mais je serais à fond derrière eux. Le club vit les heures les plus importantes de sa courte existence. Il y a des choses extraordinaires à écrire et les mecs qui sont là ont l’occasion de participer activement à l’histoire du club. Je sais que dans les saisons à venir, il y a quelque chose d’énorme qui peut se produire. A ma manière, je ferais en sorte d’aider. Merci à tous, pour tout ce que j’ai vécu dans ce club. Issa Nissa ! ».

L’ensemble du club le remercie pour tout et lui souhaite le meilleur dans cette nouvelle carrière qui lui tend les bras !